visuel-home-01-300×197-300×197

Edito Novembre 2010 : Vivement 2013 ?

En 2013, c’est promis, le socle social républicain sera renforcé, pérennisé. Et il fera l’objet d’un véritable débat national. Voici ce qui ressort de l’ultime délibération parlementaire sur la réforme des retraites.

« A compter du premier trimestre 2013 » « une réforme systémique » des régimes de retraites, « un débat national » : l’amendement introduit in extremis nous en propose l’augure. Mais cet ajout de dernière heure (remords ou culpabilisation ?) s’insère dans un texte de loi que la majorité parlementaire et le gouvernement présentent néanmoins comme l’aboutissement d’une « consultation » qui n’a ménagé ni son temps, ni sa peine. En assurant avoir définitivement sauvé la retraite par répartition de la Sécurité sociale. Alors, vérité de 2010 n’est pas vérité de 2013 ?

Dans le même temps le Parlement s’apprête à voter sans sourciller une loi de financement de la sécurité sociale sur la base d’un déficit supérieur à 21 milliards dont la moitié sera imputable à l’assurance maladie. Cela signifie que la réforme de l’assurance maladie est implicitement repoussée elle aussi à 2013 ?

Déjà, ce fut l’horizon annoncé pour l’épineux sujet de l’installation des médecins (les épines sont électorales). Malgré les États généraux de l’organisation des soins, centrés sur les soins de premiers recours et donc sur la nécessaire présence de généralistes dans les zones de plus en plus déficitaires, le Parlement avait adopté l’an dernier un amendement renvoyant sa décision à… 2013.

L’année 2013 sera donc celle de tous les courages… et 2012 l’année de toutes les promesses ?