visuel-home-01-300×197-300×197

Edito Avril 2012 : Sécu de Printemps

Aux ides de mai le président élu aura la responsabilité de redonner confiance en l’avenir de la Sécurité sociale.

Ces dernières années auront créé trouble et désarroi. Aux premiers jours du quinquennat le Président annonce la redéfinition du périmètre de la solidarité nationale et de l’assurance personnelle. La décennie 2000 aura vu trois fois l’assurance retraite rabotée. Depuis la loi sur l’assurance maladie de 2004 les forfaits, franchises et déremboursements ont représenté près de 10 milliards d’économies pour la Sécu et 6 milliards de dépenses supplémentaires pour les complémentaires et les ménages. Paradoxe ou cynisme, dans le même temps où les pouvoirs publics qualifient l’assurance complémentaire santé d’évidemment nécessaire, le gouvernement l’accable de 7% de taxe ! De « redressement » en « redressement », de rapiéçages en rapines, de dettes en déficits, l’assuré social est devenu l’inquiet social.

Il faudra que les français sachent si une « nouvelle frontière » départagera solidarité nationale et assurance individuelle, si dettes et déficits cesseront de se creuser, si les retraites seront garanties, si l’assurance maladie ne cèdera plus de terrain, si … Si mai 2012 sera le printemps de la Sécu.