visuel-home-01-300×197-300×197

Bons vœux ?

2013 un tournant pour la protection sociale ? Une inscription dans les enjeux solidaires du XXIè siècle ? L’automne dernier quelques réorientations ont été annoncées (pour le service public hospitalier notamment). Mais la loi de finances de la sécurité sociale demeure bâtie sur le socle friable du déficit et de l’endettement.

La conclusion des discussions sur les dépassements d’honoraires n’a en rien résolu la contradiction entre revendication médicale libérale et politique publique d’accès aux soins. Heureusement la décision du crédit d’impôt pour l’aide à la compétitivité des entreprises n’a pas précipitamment gagé les choix fondamentaux qui sont à faire en matière de financement. Le Président de la République mise sur la négociation entre partenaires sociaux pour en ouvrir la voie. Mais l’Etat seul pourra -et devra- élever les arbitrages au niveau de la solidarité nationale et des équilibres fondamentaux de la société.

La protection sociale a accompagné le développement national, la montée de la génération du bébé-boum, la nouvelle perception de la retraite, le soutien des handicaps de toute nature. Elle doit à présent participer des enjeux du siècle nouveau : développement du potentiel humain, accompagnement des mutations, atténuation des précarités, nouveaux équilibres générationnels. Il y faudra un financement structurellement pérenne sur la base de contributions justes et efficaces. Et des systèmes prestataires d’efficience solidaire.

Jean-Michel LAXALT
Président de l’Institut Montparnasse